Chenilles urticantes

Chenilles processionnaires
 
Les chenilles peuvent faire leur apparition dans notre environnement à différentes périodes de l’année.
Certaines d’entre elles sont urticantes et peuvent entraîner des troubles de la santé tels que démangeaisons, conjonctivites, maux de gorge….

La vigilance est donc de mise, en évitant tout contact avec ces chenilles, leur nid et les zones potentiellement infestées
.

Les périodes printanières et estivales s'accompagnent très fréquemment de signalements émanant de particuliers, élus ou professionnels de santé concernant des démangeaisons ou éruptions cutanées affectant la population, principalement sur les zones découvertes du corps (jambes, bras, mains, torse et dos).

Certains signalements peuvent être liés à des proliférations importantes de chenilles processionnaires du chêne, urticantes, présentes dans les forêts, parcs et jardins.
La région Grand Est est chaque année particulièrement touchée par ce phénomène.


La chenille processionnaire du chêne est spécifique du chêne. S’il est constaté des chenilles sur des arbres qui ne sont pas des chênes sur la période qui s’étend du mois d’avril au mois de juin, ce sont d’autres chenilles, qui peuvent être inoffensives.
 
Comment se protéger lors d’une promenade en forêt ?

  1. L’une des premières précautions est de ne pas s’approcher de ces chenilles ou de leurs nids et surtout de ne pas les toucher ;
  2. Ne pas se promener sous un arbre porteur d’un nid ou de chenilles ;
  3. Porter des vêtements protecteurs (manches et pantalons longs, couvre-chef et éventuellement lunettes) ;
  4. Eviter de se frotter les yeux en cas d’exposition mais aussi pendant et au retour d’une balade ;
  5. En cas de doute quant à une exposition aux poils des chenilles, prendre une douche et changer de vêtements en rentrant.
Quelques conseils aux riverains de forêts ou d’arbres infestés :
  1. Ne pas faire sécher en extérieur les masques de protection respiratoire utilisés dans le cadre de l’épidémie de COVID 19 ;
  2. Ne pas sécher le linge dehors surtout par temps venteux ;
  3. Laver soigneusement les fruits et légumes du jardin ;
  4. Prendre garde en tondant la pelouse ;
  5. Ne pas laisser jouer les enfants à proximité d'un arbre infesté et à distance, les munir de vêtements protecteurs (manches et pantalons longs, couvre-chef et éventuellement lunettes) ;
  6. Eviter de se frotter les yeux en cas d’exposition ;
  7. En cas de doute quant à une exposition aux poils des chenilles, prendre une douche et changer de vêtements.
► Dans tous les cas, la lutte contre les chenilles urticantes est une affaire de professionnels, il est donc fortement recommandé de faire intervenir une société spécialisée ou un professionnel formé pour toute intervention sur un arbre infesté.

► L’exposition aux poils urticants des chenilles s’accompagnent de symptômes (éruptions cutanées démangeaisons, conjonctivites, toux irritatives, etc.) qui sont dans la majorité des cas peu sévères.
En cas d’apparition de signes sévères ou de symptômes tels que malaises, vertiges,
vomissements, il est recommandé de consulter rapidement un médecin ou un service d’urgences.

► Par ailleurs, d’autres signalements d’origine indéterminée et se caractérisant par de fortes démangeaisons, peuvent être en lien avec des piqûres de simulies (petite mouche noire hématophage). Ce phénomène a déjà été observé les années précédentes et apparait aussi bien en milieu urbain que rural. Il est recommandé aux personnes souffrant particulièrement d'affections cutanées de consulter leur pharmacien ou médecin généraliste.

Publié le